Editorial

[CP] 54 journalistes emprisonnés en Iran

Logo_RSFCommuniqué de presse : Nous devons tout faire pour que les 54 journalistes emprisonnés en Iran ne connaissent pas le sort du blogueur Sattar Beheshti, 35 ans, mort sous la torture dans une geôle de la prison d’Evin écrit Lucie Morillon, Directrice de la recherche à Reporters sans frontières

Sattar Beheshti avait été arrêté pour avoir critiqué le gouvernement iranien. Décédé en novembre 2012 après quatre jours de détention, il avait pourtant écrit au responsable de la prison, après ses douze premières heures d’incarcération, pour dénoncer les coups et les mauvais traitements infligés par la police.

Le régime Iranien a coupé l’accès à internet, étouffé la presse et tente de décourager tous les journalistes étrangers d’entrer dans le pays. Si nous ne restons pas mobilisés, le vainqueur sera désigné à huis clos sans qu’aucune voix dissidente ne puisse s’élever.

La République islamique d’Iran a emprisonné et condamné plus de 350 journalistes et net-citoyens depuis l’élection présidentielle contestée de juin 2009. Nous devons tout faire pour les libérer.

Les dons sont un soutien direct à notre bureau d’assistance aux journalistes et médias Iraniens. Nous avons défendus et soutenu une centaine de journalistes Iraniens qui ont été libérés depuis 2009 et soutenu près de 60 réfugiés politiques pour la seule année 2012. Votre aide peut avoir une influence directe sur les évènements. Faites un don pour la liberté de l’information : https://donate.rsf.org/b/mon-don.

A l’oeil soutient les actions de RSFDernière révision le 26 mars 2024 à 4;57 par Michel Puech


Si cet article vous a intéressés...Faites un don !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.