DEBATS

Nouveaux médias, nouvelles règles
Il faut re-inventer le photojournalisme !

Le nouvel écosystème du photojournalisme. Image de Thomas Ulrich de Pixabay

Face à la déconfiture de la presse, le « print », Paul Melcher ouvre un débat capital pour le photojournalisme. L’oeil de l’info est attentif à toutes les évolutions du métier induites par les technologies actuelles. Nos colonnes vous sont ouvertes pour vos contributions, vos réflexions ou vos questions, soit en commentaire ci-dessous, soit par courriel.

Quand avez-vous vu pour la dernière fois une excellente photo d’actualité ? Ou un reportage qui a vraiment eu un impact ? Peu importe votre opinion sur les lauréats, avez-vous vu l’une des images gagnantes du World Press Photo lors de leur première publication ?Si vous ne vous souvenez pas d’une date précise, ne vous inquiétez pas ; ce n’est pas de votre faute. Les lieux où l’on pouvait trouver un photojournalisme de valeur ont presque disparu. Les grandes publications d’actualités ont disparu ou ne sont plus que l’ombre de leur passé glorieux.

À une époque où l’on pouvait découvrir de grandes photographies d’actualités dans des lieux divers comme le magazine Wired ou Ladies Home Journal, nous sommes maintenant extrêmement chanceux si nous trouvons un numéro de National Geographic avec des images impressionnantes.

Un signe d’extinction

Les magazines imprimés meurent, et avec eux, les budgets qui soutenaient toute une communauté de photojournalistes talentueux. Nous perdons non seulement ces plateformes mais aussi tout un public avide de nouvelles, désireux de consommer un journalisme visuel bien informé. Bien que ni l’un ni l’autre ne soient réellement disparus, il y a de moins en moins d’endroits où ils peuvent se rencontrer—similaire à un événement d’extinction dû à un manque d’eau. Les photographes ne peuvent plus étancher la soif de nouvelles images du public car il n’y a plus de points d’eau.

Serait-ce la fin des médias imprimés dans leur ensemble et avec eux, la fin d’une forme de photojournalisme dépassée ? Image de Michael Zimmermann de Pixabay

Il est temps pour le photojournalisme de se libérer de sa relation symbiotique avec les publications d’actualités, ce qui s’avère être préjudiciable, tout comme un mariage abusif. Le photojournalisme devrait prendre exemple sur le succès du journalisme vidéo, qui a trouvé de nouvelles plateformes pour porter son message. Des plateformes comme YouTube, TikTok et Instagram offrent des espaces où chacun peut découvrir et partager des nouvelles vidéo sans dépendre de gardiens inexpérimentés et aux budgets serrés. Certes, ces plateformes peuvent héberger du contenu douteux, mais c’est peut-être exactement là que le photojournalisme doit être, plutôt que derrière un paywall bien gardé et isolant.

Le photojournalisme attend toujours que ses mentors traditionnels — les médias d’actualités — trouvent une solution. Il s’impose des limites artificielles, limitant considérablement sa portée et son efficacité. Même si des plateformes comme Instagram ou WhatsApp ont gagné une immense popularité comme sources de consommation d’images, les photojournalistes les ont continuellement rejetées comme étant trop vulgaires. Pourtant, avec une stratégie astucieuse, on peut obtenir bien plus de vues et d’impact avec une stratégie Instagram bien conçue que d’être publié dans tous les magazines du monde. Mais de telles stratégies doivent être élaborées de manière réfléchie, et non comme une réflexion après coup.

Et c’est là le défi pour le photojournalisme :

trouver le bon format pour le bon médium.

De nouveaux médiums nécessitent de nouveaux formats et de nouvelles règles grammaticales, que le photojournalisme doit apprendre. Il doit comprendre quelle histoire convient où pour quel public. De la même manière que les audiences sélectionnent leur contenu, les photojournalistes doivent sélectionner leur public via leur média de choix. Oui, même TikTok si cela convient à l’histoire. Pourquoi pas ? Cela représente plus de vues que le TV Guide à son apogée.

Alors, quelle est la réponse ?

Amenez le photojournalisme au XXIe siècle en se débarrassant de ses chaînes grammaticales et structurelles écrasantes :

Échapper au format traditionnel du reportage photo/essai photographique qui a bénéficié de son ère magazine mais qui l’étouffe désormais. Il n’y a plus de doubles pages ; en fait, il ne reste presque plus de formats horizontaux. L’image d’ouverture, le gros plan—tous ces éléments font référence à des mises en page qui ont depuis longtemps disparu. Même le concept d

‘un essai photographique devient obsolète. Si vous avez de la chance, vous pourriez obtenir un diaporama sur un site d’actualités, mais cela n’a que peu d’égard pour votre narration visuelle soigneusement élaborée. Chaque image repousse ennuyeusement l’autre, et le format n’aime vraiment pas les verticales. Pensez en images puissantes et uniques. Racontez une histoire en une image.

Réduisez la dépendance excessive aux légendes. Les légendes devraient compléter des images bien élaborées, et non servir d’explication. Les images d’actualités devraient être facilement compréhensibles sans texte, notamment lorsqu’elles sont publiées dans un contexte pertinent. Dépendre trop des légendes peut conduire à des visuels peu inspirants. En minimisant cette dépendance, le photojournalisme peut s’intégrer de manière transparente dans des plateformes médiatiques rapides comme Instagram, Snapchat et Pinterest, où la compréhension visuelle rapide est cruciale. Adoptez l’utilisation d’idiomes, de symboles et de signes pour communiquer visuellement.

Un obstacle majeur pour que le photojournalisme se libère de ses liens restrictifs avec les médias d’actualités traditionnels est la question de la crédibilité. Auparavant, une image d’actualité devait être publiée par une publication bien respectée pour être considérée comme crédible. Ce n’est plus le cas.

Avec l’adoption de cadres comme les Content Credentials ou Liccium, le photojournalisme peut désormais s’auto-certifier, éliminant le besoin de vérifications d’authenticité par des tiers. Alors que le soutien des médias d’actualités traditionnels diminue, il est essentiel de passer à une approche agnostique des plateformes. Les images d’actualités devraient se présenter comme des unités de vérité auto-validantes, accessibles et partageables sur n’importe quelle plateforme, à tout moment. L’objectif principal doit passer à la maximisation de l’impact et à l’augmentation de la sensibilisation.

Enfin, nous pouvons imiter le monde de la publicité. Depuis des décennies, celui-ci s’appuie sur l’IA pour analyser et comprendre quelles images fonctionnent où et pour qui. Pourquoi ne pas utiliser les mêmes données pour créer un contenu plus percutant ciblant un public spécifique ? Après tout, les photojournalistes vendent aussi (dans ce cas, une histoire) ? Cette approche visuelle basée sur les données peut également servir à déterminer avant la prise de vue quelle plateforme aurait le plus d’impact ainsi qu’à recommander le format, les couleurs dominantes et les plateformes de publication pour un impact et une portée maximale auprès d’un public ciblé. Ainsi, au lieu de compter sur qui achètera votre reportage, devenez proactivement actif en atteignant directement le public cible pour une portée et un impact maximum. Allez après le public au lieu d’attendre qu’il vienne à vous. Oui, le photojournalisme d’appât éthique.

Et l’argent dans tout cela ?

Comme nous l’avons tous constaté, dans ce monde, l’audience équivaut à de l’argent. Si vous pouvez rassembler un public, vous pouvez le convertir en revenus. Les magazines ont vécu de ce postulat pendant des décennies, pourquoi pas les photojournalistes ?

Le paysage médiatique ne change pas simplement ; il a déjà changé. Les médias d’actualités traditionnels, autrefois le sang vital du photojournalisme, sont devenus ses chaînes. Si les photojournalistes continuent de s’accrocher à des formats et des canaux dépassés, ils risquent de devenir irrélevants dans un monde où le contenu est roi et la distribution reine. Nous devons saisir les outils de notre ère—l’analyse de données, les plateformes mobiles, les réseaux sociaux—et les manier non seulement avec compétence, mais avec une créativité révolutionnaire. Les photojournalistes doivent devenir leurs propres éditeurs, leurs propres défenseurs et, surtout, leurs propres valideurs. Redéfinissons plutôt l’essence même de ce que signifie communiquer visuellement à l’ère numérique.

 Dernière révision le 15 mai 2024 à 11;39 par la rédaction

Paul Melcher


Si cet article vous a intéressés...Faites un don !

1 Response

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.