Hommage

La mort de Jacques Gourmelen

Photo Jacques Gourmelen pour Ouest France

« Si je devais en choisir une photo – parmi toutes les photos du livre La Bretagne des photographes- ce serait celle de Jacques Gourmelen. Pour moi, c’est la photo du siècle à l’échelle de la Bretagne. Son sens est très fort : c’est l’aspiration à la dignité.

Le 6 avril 1972 à Saint-Brieuc, un port des Côtes-d’Armor (alors Côtes-du-Nord), en Bretagne, une grève des ouvriers de la société du « Joint Français ». Les forces de l’ordre interviennent. Face à face Guy Burmieux, un ouvrier, et Jean-Yvon Antignac, un policier des Compagnies Républicaines de Sécurités (CRS). Jacques Gourmelen, l’auteur de la photographie, travaille à « la locale » de la ville pour le quotidien français au plus gros tirage : Ouest-France.

« J’ai pris cette photo à l’instinct. »

« Burniaux avait reconnu son pote et ancien camarade d’école. » a raconté le photographe à sa collègue Véronique Constance, pour le quarantième anniversaire de cette grève restée dans les mémoires ouvrières françaises. «  Je l’ai vu se diriger vers lui, le prendre par le col. Il pleurait de rage et lui disait : ‘Vas-y tape moi dessus pendant que tu y es.’ L’autre n’a pas bronché d’un poil ! »
« Je faisais partie du noyau dur des ouvriers révoltés. » a raconté à Ouest-France Guy Burmieux, l’ouvrier.

« On avait des salaires de misère, on bossait 47 heures par semaine…/… Nous avons retenu les trois directeurs dans les locaux de l’Inspection du travail. On a passé la nuit là-bas, à boire café sur café. Le matin, l’ambiance était électrique. Après les policiers, les gardes mobiles, ce sont les gars de la CRS 13 qui ont déboulé. Là, j’ai reconnu Jean-Yvon ! Nous étions ensemble au lycée Curie. Boute-en-train de la classe, on était inséparables. »

Quelques mois après le quarantième anniversaire de cette prise de vue, Jacques Gourmelen est décédé. Ses obsèques ont lieu ce mercredi 30 mai 2012, en l’église Notre-Dame de Cesson à Saint-Brieuc.

 Dernière révision le 3 janvier 2024 à 12;12 par la rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.