Reuters

A LA UNE

World Press Photo 2024
La crème de la crème ?

World Press Photo de l'année. Une Palestinienne embrasse le corps de sa nièce. Le photographe décrit cette photo, prise quelques jours seulement après l'accouchement de sa propre femme, comme un « moment puissant et triste qui résume le sens plus large de ce qui se passait dans la bande de Gaza ». Elle montre Inas Abu Maamar (36 ans) berçant le corps de sa nièce Saly (5 ans) qui a été tuée avec sa mère et sa sœur, lorsqu'un missile israélien a frappé leur maison, à Khan Younis, Gaza. Photo: Mohammed Salem / Reuters
World Press Photo de l’année. Une Palestinienne embrasse le corps de sa nièce. Le photographe décrit cette photo, prise quelques jours seulement après l’accouchement de sa propre femme, comme un « moment puissant et triste qui résume le sens plus large de ce qui se passait dans la bande de Gaza ». Elle montre Inas Abu Maamar (36 ans) berçant le corps de sa nièce Saly (5 ans) qui a été tuée avec sa mère et sa sœur, lorsqu’un missile israélien a frappé leur maison, à Khan Younis, Gaza. Photo: Mohammed Salem / Reuters

Sélectionnés parmi les 24 lauréats régionaux, les vainqueurs du World Press Photo 2024 sont Mohammed Salem pour une photo faite à Gaza, Lee-Ann Olwage qui raconte la détresse des familles face à la démence d’un de leurs proches à Madagascar, Alejandro Cegarra à propos des migrants à la frontière mexicaine et Julia Kochetova qui raconte le quotidien de la guerre en Ukraine. Voir la suite

FRONTS

Ukraine – Palestine – Israël
La Presse pour cible de tous les conflits

La dépèche de l’AFP est « tombée » à minuit 56 le samedi 14 octobre 2023, juste avant la remise des prix à Bayeux. 739 mots pour annoncer la mort de Issam Abdallah de l’agence Reuters et « six autres journalistes de l’AFP, de Reuters et d’Al-Jazeera blessés vendredi en couvrant la situation dans le sud du Liban ». Terrible de connaître déjà, des noms qui apparaitrons sur la stèle 2023/2024 du Mémorial des reporters !

Voir la suite

Hommage

Emile Pavani
Décès d’un photographe vétéran des agences UPI, AFP, Reuters

Trois copains sur un coup ! Le petit à droite vient de partir. Il ne reste que le grand barbu – Photo Jean-Claude Delmas

Emile Pavani est décédé. C’était un simple photographe d’agence. Un de l’ombre qui capture la lumière des autres, un des « télégraphistes » d’avant, de l’époque du photojournalisme argentique. Nous donnons ici la parole a deux confrères, mais nous reviendrons sur la vie d’Emile Pavani et sur ses photographies. Sincères condoléance à son fils Pascal et à ses amis. La rédaction.

Ce contenu est réservé aux abonnés.
Se connecter S’abonner